rf_mag_ft_boycut_principal_visual_1-1

Toutes premières fois

La première fois … que je suis passée à la coupe garçonne

Maud,

34 ans

Comme un air de liberté…

Longtemps, j’ai eu les cheveux longs. C’était comme ça, dans la famille, ma mère en faisait presque une religion. Quand je regarde les photos de classe, avec mes sœurs, on bat vraiment tous les records de longueur. En fait, je crois qu’on se cachait un peu derrière nos cheveux. Moi, j’ai toujours eu envie d’autre chose. Je ne disais rien, mais je voulais me démarquer. Dès mes premiers cours de barre au sol, quand je relevais mes cheveux en chignon, on me faisait remarquer que j’avais un visage ovale presque parfait. Parfait pour les cheveux courts, je me répétais. Mais j’étais encore trop classique. Pas prête. Mon rythme à moi c’est d’y aller par palier. Doucement, mais sûrement. J’avais donc deux rêves dans la vie : la danse, et la coupe garçonne.
                                       
J’étais fan de Joséphine Baker, et des petites virgules sur ses tempes, je la trouvais pétillante, et elle essayait tout. Bon, moi j’étais très loin de vouloir faire un scandale. Je savais que, pour couper, j’irais tranquillement. Pas à pas, je me suis presque créé des évènements, pour me motiver. Pour habituer les gens, ou bien mon miroir. Premier spectacle à vingt ans à Avignon, j'ai fait un mi-long. Quelques centimètres en moins. Puis, le grand saut, ma première rupture amoureuse : le carré aux épaules. Une étrange respiration. Quand j'ai fait mon stage en studio à Londres, j'ai coupé encore. Ça y est, j’étais dans le mouvement. Puis le carré menton, quand j’ai créé mon école de danse dans le sud avec Hervé. C’était l’ascension. Et puis la grossesse, hop, j’ai sauté sur l’occasion. Cet ultime bouleversement a été idéal pour couper les dernières mèches restantes. C’était l’année dernière. Presque une vie, heu non, juste dix ans, pour être enfin totalement audacieuse. Et le rester.

Maintenant, je peux sentir l’air sur ma nuque, c’est délicieux. J’adore ce sentiment de liberté. Et puis, j'ai l'impression que les cheveux courts, ça m’habille. J’ai ce petit truc en plus. Pourtant, on est à nu, il n'y a plus d’artifices possibles. II faut être plus vigilante et prendre le temps de camoufler les cernes et les imperfections. Moi, je mise sur un beau rouge à lèvres. Je me sens plus créative, encore plus libre de mes mouvements. Ce que j'aime bien, c'est qu'on peut quand même changer de tête tous les jours ; tout plaquer en arrière, placer une mèche sur le côté, ou tout ébouriffer. Aujourd’hui, mon compagnon a les cheveux plus longs que moi. Ma fille, ça pousse à toute allure, ce qui plaît beaucoup à ma mère, d’ailleurs. Ma mère, qui me dit encore en souriant, à chaque fois qu’elle me voit : t’inquiète, ça va repousser.

Nos soins pensés pour vous

PRODUIT PHARE
u5wa3z31qn5sjuouz1tzcbxrpmhitc8msdhumpy

Style

Pâte modelante

Définit les coupes courtes, offre un fini naturel

 

HC_FOOTER_1