Des cheveux qui s’affinent avec le temps, qui semblent de plus en plus clairsemés, voire épars… La chute progressive des cheveux concerne aujourd’hui 21% de la population, dont la moitié des hommes de plus de 50 ans et 40% des femmes tout particulièrement touchées après la ménopause.

EN CAUSE :
l’âge et les variations hormonales et l’hérédité qui impactent la vigueur de la chevelure et la densité du cuir chevelu. Mais aussi le contexte sanitaire actuel puisque 32% des patients ayant contracté le Covid 19 ont constaté une chute de cheveux dans les semaines et mois suivants la maladie(1). Au-delà même de la question esthétique, la chute de cheveux peut influer sur le moral et la confiance en soi. C’est pour cela que les consommateurs s’y intéressent de plus en plus tôt, de plus en plus jeunes, bien décidés à prendre ce problème à la racine pour freiner la chute dès les premiers signes. Une attente sans concession donc sur l’efficacité des formules mais aussi sur la naturalité et l’écoconception des produits !

Les solutions pour

Pallier une (potentielle) chute de cheveux

rf_triphasic-prog_model-scalp_m_web_22 472x472

La perte de cheveux chez l'homme

Pourquoi est ce que je pers mes cheveux ?
rf_triphasic-prog_model-scalp_w_web_22 472x472

Reconnaître son type de chute de cheveux

Dans le langage habituel, on entend souvent parler de « perte de cheveux », comme d'un terme générique.

« Je perds mes cheveux par poignées. »

Or, il existe 2 types de chutes de cheveux qu'il faut bien savoir distinguer :

  • la chute de cheveux réactionnelle ;
  • la chute de cheveux progressive.

Elles n'ont pas les mêmes causes et, par conséquent, ne se traitent pas de la même façon.

En opposition à la chute de cheveux réactionnelle qui, comme son nom l’indique, se produit ponctuellement en réaction à un événement, la chute de cheveux progressive s’installe pendant plusieurs mois et peut conduire progressivement à la calvitie.

Cette calvitie qu’on appelle également alopécie androgénétique ou alopécie androgénique est révélée par une diminution progressive et plus ou moins localisée des cheveux donnant un aspect de masse capillaire de moins en moins dense.

 

Quelles sont les causes de la calvitie due à la chute de cheveux progressive ?

La phase de croissance raccourcit

La chute de cheveux progressive correspond à un raccourcissement de la phase de croissance du cheveu (la phase anagène) qui est lié à une dégénérescence progressive du follicule pileux.

Pour bien comprendre ce phénomène, il est important ici de rappeler brièvement comment se déroule le cycle de vie d’un cheveu.

Comme nous le savons, nos cheveux se renouvellent sans cesse.

rf-cycle-4phases

Légende
A. PHASE ANAGÈNE
B. PHASE CATAGÈNE
C. PHASE TÉLOGÈNE

1 . Vaisseaux sanguins
2 . Papille folliculaire

3 . Bulbe
4 . Bulge
5 . Glande sébacée
6 . Derme
7 . Épiderme
8 . Croissance du cheveu
9 . Tige pilaire

Un cheveu apparaît, pousse, puis meurt. Et ensuite le cheveu tombe.

Ce cycle pilaire dure en moyenne 3 ans pour un homme et 5 ans pour une femme. Ce que nous savons moins, c’est qu’il ne se répète que 25 fois. Si ces cycles gardent un rythme régulier, nous sommes censés avoir un nombre de cheveux «normal » pendant toute notre vie.

Mais, dans le cas de la chute de cheveux progressive, ce rythme s’emballe. Les cycles deviennent de plus en plus courts, au risque d’arriver à leur terme de manière précoce.

En effet, une fois parvenu à l’épuisement, au terme de ses 25 cycles, le follicule pileux est mort. Il se résorbe puis disparaît.

À ce stade-là, seule la chirurgie peut apporter une solution, avec notamment la réalisation d’une micro greffe. Il est donc important de prendre son alopécie au sérieux le plus tôt possible : quand il est encore temps de relancer la repousse des cheveux.

Pourquoi le rythme des cycles pileux s’emballe-t-il ainsi ?

La chute de cheveux progressive résulte d’un dysfonctionnement, souvent génétique, des cheveux et du cuir chevelu face à certaines hormones mâles : les androgènes. Cette cause hormonale explique également pourquoi ce phénomène ne débute qu’après la puberté.

La testostérone est en cause, mais indirectement.

Pour provoquer la chute des cheveux, la testostérone doit d’abord être transformée par la 5α-réductase en dihydrotestostérone (DHT).
L’hyperactivité de cette enzyme entraîne alors une surexpression de la DHT qui va être à l’origine d’un raccourcissement du cycle vital du cheveu et, donc, d’un emballement des cycles

rf_cycles_normal-chute

Légende
A. PHASE ANAGÈNE - B. PHASE CATAGÈNE - C. PHASE TÉLOGÈNE
25 cycles en moyenne dans une vie

1 . ÉTAT NORMAL : Les cycles de vie du cheveu s’enchaînent régulièrement
N, N+1, N+2, N+3, N+4... = cycle = 5 ans

2 . CHUTE DE CHEVEUX PROGRESSIVE : Les cycles de vie du cheveu raccourcissent
N = 5 ans
N+1 = 4,5 ans - N+2 = 4 ans
N+3 = 3,5 ans - N+4 = 3 ans...

La période de fabrication des cheveux se raccourcit, les cycles s’enchaînent donc plus rapidement, les cheveux s’affinent, le follicule se miniaturise et s‘épuise avant de mourir et de disparaître.

En conséquence, la succession des 25 cycles pilaires, qui devait durer toute une vie, s’achève plus tôt que prévu pouvant faire place à une calvitie partielle, notamment au sommet du crâne, ou totale.

L’autre effet néfaste de la DHT est qu’elle va également nuire à l’environnement sain du cheveu. En effet, elle va particulièrement stimuler les glandes sébacées qui vont augmenter leur production de sébum.

Ces 2 phénomènes conjugués feront que les cheveux affaiblis vont tomber avant d’avoir atteint leur longueur maximale. Ils cèdent alors leur place à de nouvelles repousses qui auront aussi une durée de vie raccourcie. Les cheveux repoussent plus fins et plus petits.

La lutte contre la calvitie doit être prise en charge au plus tôt

Pour combattre cette chute de cheveux prématurée, il faut prolonger la vie du cheveu en intervenant, on le comprend aisément, avant que les cycles pilaires soient définitivement épuisés.

L’approche à retenir consiste à prévenir la chute en maintenant et en prolongeant la phase anagène tout en stoppant l’emballement des cycles pilaires.

rf_triphasic-prog_texture_web_22

Afin de respecter la sensibilité de son cuir chevelu, et sa santé de manière générale, il est important de privilégier des soins s’appuyant sur des actifs naturels tels que les huiles essentielles et les extraits végétaux.

La naturalité de ces produits garantit à la fois une efficacité optimale et une très bonne tolérance.

DECOUVREZ TRIPHASIC PROGRESSIVE

Ce qu’il fait 

N°1 des antichutes en France depuis 18 ans* TRIPHASIC PROGRESSIVE  prévient la chute progressive de cheveux en préservant le capital des cellules souches**.
3 brevets pour une formule qui agit sur la qualité des cheveux tout en favorisant le prolongement des cycles pilaires.            

Comment ?

Grâce à un actif inédit : l’extrait de Mangoustan qui préserve les  fonctionnalités des cellules souches et renforce l’ancrage des cheveux. Mais aussi, avec le Glycéryl Laurate qui régule la production de sébum et les vitamines B5 et B8, des huiles essentielles et un extrait de Pfaffia bio pour booster la microcirculation. 

Une efficacité démontrée :

• Avec seulement 1 à 2 applications par semaine (2 applications par semaine en phase d’attaque le 1er mois puis 1 application par mois pendant 2 mois) Triphasic Progressive offre une efficacité cliniquement prouvée : + 10 023 cheveux***
• + 39% épaisseur des cheveux***

Nos engagements

Une formule 98% d’origine naturelle, sans ingrédients controversés, ni silicone, qui convient même aux cuirs chevelus sensibles. Des actifs issus
du commerce responsable labelisé Fair for Life, et un pack éco-conçu, recyclé
et recyclable. Un produit fabriqué en France.

rf_triphasic-prog_banner_m_360x575_22_vi

Nos soins anti-chute

Shampooing stimulant aux huiles essentielles - complément antichute

Triphasic

Shampooing stimulant aux huiles essentielles - complément antichute

Préserve le capital capillaire, Renforce les cheveux

rf_engag_engagements
Retour en haut